La Légende des Chats

Soutenez les animaux défavorisés , luttons contre la maltraitance .

Merci pour eux .

 

Donne-moi ton amour , N'oublie pas que j'ai besoin de caresses ,Que tu devineras par mon doux ronron , Je te donnerai mon affection , J'y viendrai avec joie , Mais sous ton toit réserve-moi un coin douillet et laisse-moi la liberté , Ne me considère pas comme un jouet même si tu compares ma fourrure à celle d'une peluche , mais toujours vert toi je reviendrai Souvent je m'en éloignerai Autour de ta maison A toi mon maître !

Je serai patte de velours

 

Merci d'aider l'association par vos dons

Vous pouvez cliquer sur l'image ci-dessous

UN INSTINCT PERSISTANT
IMPOSSIBLE A TUER

la volonté et la résolution arrêtée d’être libre

Tout animal est supérieur à l’homme par ce qu’il y a en lui de divin, c’est-à-dire par l’instinct. Or, de tous les animaux, le Chat est celui chez lequel l’instinct est le plus persistant, le plus impossible à tuer. Sauvage ou domestique, il reste lui-même, obstinément, avec une sérénité absolue, et aussi rien ne peut lui faire perdre sa beauté et sa grâce suprême. Il n’y a pas de condition si humble et si vile qui arrive à le dégrader, parce qu’il n’y consent pas, et qu’il garde toujours la seule liberté qui puisse être accordée aux créatures, c’est-à-dire la volonté et la résolution arrêtée d’être libre. Il l’est en effet, parce qu’il ne se donne que dans la mesure où il le veut, accordant ou refusant à son gré son affection et ses caresses, et c’est pourquoi il reste beau, c’est-à-dire semblable à son type éternel. Prenez deux Chats, l’un vivant dans quelque logis de grande dame ou de poète, sur les moelleux tapis, sur les divans de soie et les coussins armoriés, l’autre étendu sur le carreau rougi, dans un logis de vieille fille pauvre, ou pelotonné dans une loge de portière, eh bien ! tous deux auront au même degré la noblesse, le respect de soi-même, l’élégance à laquelle le Chat ne peut renoncer sans mourir.

Théodore de Banville
Le Chat
1882

 

Le coryza du chat est une maladie virale du système respiratoire, encore fréquente chez les chats vivant en communauté.

Le coryza du chat est un danger bien réel pour tous les chats non vaccinés ! Autant cette maladie, qui existe chez l’homme peut être bénigne chez nous, autant elle peut être grave chez le chat.

La prévention contre ce que l’on appelle aussi « la grippe du chat »est possible grâce à la vaccination.

 

La grippe du chat est une maladie virale du système respiratoire, encore fréquente chez les chats vivant en communauté (chatterie, refuge, pensions d’animaux…) mais aussi chez les chats et chatons non vaccinés vivant, en groupe ou non, chez un particulier.

Le coryza du chat est une maladie extrêmement contagieuse entre félins sans besoin de contact. Elle n’est pas contagieuse pour l’homme, mais celui-ci, via ses vêtements et chaussures notamment, peut transmettre la maladie. Votre chat peut donc être concerné, même s’il ne sort pas!

Le coryza (ou grippe du chat) se transmet le plus souvent d’un chat malade à un autre, via des petites gouttelettes remplies de germes pathogènes qui circulent dans l’air suite à un éternuement. A noter qu’un chat ayant attrapé le coryza, même guéri, peut rester contagieux pendant très longtemps ! C’est donc une véritable menace pour tous les chats. Le coryza résulte de la contamination par plusieurs virus ou bactéries qui génèrent chacun des effets et symptômes différents chez le chat :

  • Un Calicivirus, responsable de fièvre, fatigue et d’écoulement oculaires et nasaux et des ulcères dans la bouche qui entrainent une salivation importante et une perte d’appétit.
  • Un virus du groupe des Herpès qui provoque infections du nez et des voies respiratoires (le plus dangereux voire mortel chez certains sujets faibles)
  • Un Réovivirus générateur de larmoiements

Les principaux symptômes du coryza du chat

Le coryza du chat peut provoquer de nombreux troubles différents en fonction de l’âge et bien sûr de l’état de santé du chat. 

 

Les jeunes animaux n’ayant pas encore complètement développé leur système immunitaire, sont les plus exposés. Après une incubation courte de 2 à 5 jours, les symptômes apparaissent. Tous les chats malades de la grippe n’éternuent pas forcément.

Les signes respiratoires (éternuement et toux), les écoulements des yeux du chat et du nez, la fièvre, la perte d’appétit et l’absence de soif, sont les symptômes les plus fréquents.

Les animaux qui ne boivent plus sont particulièrement à surveiller, car les chats se déshydratent rapidement. Parfois, le virus de la grippe du chat se réplique en ulcères dans la bouche, principalement sur la langue.

De même, l’infection des voies respiratoires peut entrainer de graves complications comme des pneumonies

Le traitement du coryza du chat

Il n’existe pas de médicament spécifique pour lutter contre le coryza du chat, cette maladie étant souvent due à l’association de plusieurs germes. Un traitement de soutien est appliqué : réhydratation, nettoyage régulier des écoulements nasaux, administration de mucolytiques, nébulisation de solution physiologique afin de lutter contre la déshydratation des voies respiratoires. Une attention particulière est aussi apportée à la prise de nourriture et d’eau (consommation d’eau : le chat boit beaucoup). En cas d’anorexie, l’administration d’un anti-inflammatoire permet de lutter contre la fièvre et la douleur orale.

 

La nourriture présentée au chat (comme des sachets fraîcheur pour chat, par exemple) doit être très appétente, hachée et réchauffée afin d’accroître son odeur. Si l’anorexie dure plus de 3 jours, une alimentation par sonde s’impose.

Dans les cas graves et en cas de suspicion d’infection secondaire, un antibiotique à large spectre et possédant une large diffusion dans l’appareil respiratoire et la bouche est indiqué.

 

La prévention du coryza

La meilleure manière de combattre le coryza félin reste la vaccination. Le vaccin contre le coryza est actif à la fois contre les calicivirus, et contre la rhinotrachéite, et l'on y associe de plus en plus souvent un vaccin contre les Chlamydias, bactéries à l'origine de complications. La vaccination se fait en deux injections à un mois d'intervalle, avec un rappel tous les ans. Les chatons peuvent être vaccinés contre le coryza dès qu’ils sont sevrés (à l’âge de 9 semaines environ).

Prévenir et vacciner contre la grippe du chat

Le coryza du chat est une maladie qu’il est possible et utile de prévenir en vaccinant son animal, et ce même s’il ne sort pas. Dans tous les cas, que votre chat soit ou pas vacciné, et que vous constatez qu’il éternue, qu’il salive abondamment, qu’il a le nez qui coule, il est important de consulter votre vétérinaire rapidement. Le coryza du chat se guérit mais peut-être grave et parfois mortelle.